Facebook suit le raisonnement de Google à travers YouTube en bannissant de manière permanente les comptes attribués à Dieudonné.

Le mois dernier, la chaîne YouTube de l’humoriste polémiste français Dieudonné a disparu. Cette dernière comptabilisait 500 000 abonnés. Quelques semaines c’est le groupe Facebook qui détient le réseau social du même nom ainsi qu’Instagram qui a décidé de bannir de façon permanente Dieudonné de ses plateformes.

Voici la déclaration d’un porte parole de l’entreprise : « En conformité avec notre politique sur les individus et les organismes dangereux, nous avons banni de manière permanente Dieudonné M’Bala M’Bala de Facebook et d’Instagram. Bannir une personne de manière permanente de nos services est une décision que nous pesons toujours avec attention, mais les individus et organisations qui attaquent les autres sur la base de ce qu’ils sont n’ont pas leur place sur Facebook ou sur Instagram ».

Facebook prend enfin une décision radicale.

Ce sont les propos tenus envers les victimes de la Shoah, ainsi que plus globalement les moqueries antisémites qui ont poussé Facebook à bannir les comptes de Dieudonné.

Il faut dire que ce dernier a eu largement le temps de déverser des propos haineux via ses réseaux sociaux, puisqu’il a été condamné à de multiples reprises pour « injure raciale, apologie d’actes de terrorisme ou fraude fiscale » sans inquiéter ni Google ni Facebook. Finalement, ces deux géants du numérique ont pris une décision radicale après de nombreuses années d’activités sur les différentes plateformes pour le polémiste.

Dieudonné n’a plus qu’à se joindre à la communauté TikTok, à moins que la décision prise par le président américain traverse l’Atlantique et fasse également disparaître le réseau social le plus divertissant du moment de l’Hexagone.

Pour rappel, en 2016, l’Assemblée nationale adopte un amendement pénalisant la négation ou la banalisation des crimes contre l’humanité. La peine encourue est d’un an d’emprisonnement et 40 000 euros d’amende. Avant cela, seule la contestation de la Shoah était pénalisée. Cette mesure devrait notamment permettre de pénaliser la négation de l’esclavage ou du génocide arménien.

Par Arthur Vera

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here