L’invention humaine, quelle qu’elle soit a pour objectif de faciliter et d’améliorer la condition et le quotidien de l’Homme. Mais depuis la nuit des temps, l’on assiste impuissant à la déviation et la mauvaise utilisation de certaines inventions. 

De nos jours l’exemple le plus palpable est l’usage de la technologie informatique plus précisément de l’outil internet. Nous pourrions affirmer sans risque de nous tromper qu’au commencement internet avait une destinée des plus nobles et utiles au développement de l’être humain. Mais depuis ces cinq dernières années, son accessibilité s’étant démocratisée, Internet cause de véritables problèmes de moralité. Les pays en voie de développement doivent réagir assez rapidement pour freiner ce désastre qui entraîne surtout sa jeunesse vers les chemins les plus indignes de la race humaine. 

Dans nos pays africains, l’outil internet est malheureusement devenu le canal par excellence de la dépravation des mœurs et de la promotion de la médiocrité. En ce qui concerne la Côte d’Ivoire, nous sommes passés par la cybercriminalité à travers les arnaques, sur les réseaux sociaux, des jeunes qu’on a appelés ”brouteurs”. 

Ces deux dernières années, toujours par le canal des réseaux sociaux, nous connaissons le phénomène du buzz et des clashes. Cela est un simple constat qui peut être vérifié en surfant sur le net. Les motivations des adeptes sont multiples et diverses mais le résultat est le même. Les buzz et les clashes sont très suivis par une jeunesse qui n’arrive toujours pas à prendre du recule sur ces phénomènes et les plus vulnérables se laissent endoctriner par ce comportement empreint de légèretés. 

À travers ces concepts, c’est notre jeunesse qui acquiert une nouvelle éducation au mépris de nos valeurs culturelles. Les conséquences sont de plus en plus visibles dans le comportement de nos jeunes frères et sœurs pour qui le succès et la réussite sont désormais basés sur la facilité, la prostitution virtuelle, le mensonge, la vente d’illusion, l’arnaque et la promotion des médiocres. 

En effet, sur les réseaux sociaux, c’est celui qui s’exprimera en un français avec des fautes syntaxiques qui verra son poste faire le buzz et défrayer la chronique sur la toile à l’échelle internationale. C’est celle qui fera une vidéo dans son français ”tordu” et dans une tenue vestimentaire légère et dépravante qui aura toute l’audience. Ce sont les personnes qui, tant dans le domaine de la politique, de la musique, de la religion et j’en passe,  postent des vidéos vulgaires, grossières avec des injures les plus insoutenables qui font la loi sur les réseaux sociaux. 

À l’international, on connaissait la Côte d’Ivoire à cause de Didier Drogba, mais aujourd’hui les autres nous identifient à cause de nos vidéos idiotes et pas ironiques sur la toile.  

L’état de Côte d’Ivoire doit trouver les moyens de contrôler cette déferlante néfaste sur sa jeunesse afin de contribuer à la formation de l’ivoirien nouveau. 

Sous l’arbre, on informe. 

Que la reine Abla Pokou veille sur le Walèbo. 

Faustin Denoman | denoman@walebo-news.com |

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here